Après une centaine de concerts sur les plus grandes scènes de Suisse romande et un titre « La p’tite dame du quartier » remarqué notamment par la RSR, le chanteur genevois Mosquito revient avec un troisième opus : « Appel d’air ». Mélange de chanson à texte, de groove et de reggae, une fois encore le chanteur « poétiquement engagé » vient nous bousculer les méninges de ses mots tendres et acides, un brin rebelles.

photopromo_2

© Lauren Pasche

Adolescent, quand d’autres choisissent le tricot ou le dessin, Cédric, alias Mosquito, se met à la guitare et à la poésie. Inspiré par Renaud, Bob Marley ou Jamiroquai, il compose ses premières chansons. Pour lui, il s’agit d’un loisir qu’il partage avec sa famille et ses amis jusqu’au jour où, vers l’âge de vingt ans, il assiste à un énième concert des Moonraisers. Après un échange enthousiaste avec le leader du groupe de reggae, il se voit invité à passer le week-end chez lui. Il en repartira avec une maquette de trois titres.

Cédric rêve soudain de monter sur scène. Il s’invente alors le personnage de Mosquito et se met à la recherche de musiciens pour l’accompagner. Il rencontre en particulier Stan Breynaert, bassiste, multi-instrumentiste et arrangeur, qui reste depuis son principal complice.

En 2007, le chanteur sort « La tête ailleurs ». Ce six titres lui permet d’aligner une trentaine de concerts en Suisse romande et en France voisine. Mais c’est véritablement avec son second opus, « Matières premières » sorti en 2010, que la carrière de Mosquito prend son envol. Il enchaîne dès lors les scènes du Caribana, du Paléo Festival ou encore du Montreux Jazz Festival. Il assure également les premières parties d’Anis, de Dub Incorporation et de Sinsemilia, pour les plus connus. Cet album est aussi l’occasion de se faire remarquer par les médias. Option Musique choisit « La p’tite dame du quartier » pour sa playlist qu’elle diffuse depuis.

photopromo_1

© Lauren Pasche

Pour définir sa musique, Mosquito invente l’expression « reggae mélancoustique ». Mais pour son troisième disque, le chanteur souhaite se détacher de cette étiquette, trop triste selon lui, pour parler plutôt d’un son hybride entre la chanson à texte et le groove.

Souvent qualifié d’artiste engagé, Mosquito s’en défend. S’il commente les travers du quotidien, parfois avec cynisme, souvent avec dérision, il refuse de tomber dans le cliché du donneur de leçons ayant bien souvent le sentiment de se pointer du doigt lui-même.

Désormais entouré exclusivement de musiciens professionnels, l’artiste genevois se prépare à reprendre les routes pour une tournée festive marquée par l’affirmation d’un style, d’un ton, mais aussi d’une voix.

Le troisième opus « Appel d’air » est disponible depuis le 27 mai 2013 sur les principales plateformes de téléchargement légal et depuis le 3 juin en version Cd digipack.

magarotto.ch